Le travail social

Les travailleurs sociaux aident les personnes et les communautés qui vivent des problèmes, qu’ils soient liés à des situations difficiles, de crise ou de la vie courante.


Ils élaborent avec elles des pistes de solution en fonction de leurs forces et celles de leur milieu (pour améliorer leur bien-être). Ils abordent également la réalité des personnes selon une vision globale qui tient compte de la personne et de son milieu.


Leurs interventions sont concrètes, créatives, sans préjugés et fondées sur la justice sociale.

Travail social Saint-Hyacinthe

DESCRIPTION DU TRAVAIL

  • Évaluer la situation vécue par une personne, un groupe, une communauté dans une perspective de fonctionnement social

  • Convenir avec les personnes des interventions appropriées et les mettre en place

PARCOURS ACADÉMIQUE

Les travailleurs sociaux possèdent une formation de baccalauréat ou de maîtrise en travail social. Ils sont formés pour comprendre les situations vécues par les personnes, le fonctionnement de la société afin de faire le lien avec les situations des personnes et des communautés.

CONDITIONS D’EXERCICE

Au Québec, le titre de travailleur social est réservé exclusivement aux détenteurs d’un permis de travailleur social émis par l’OTSTCFQ.
Le champ d’exercice des travailleurs sociaux, selon la loi :
« Évaluer le fonctionnement social, déterminer un plan d’intervention et en assurer la mise en œuvre ainsi que soutenir et rétablir le fonctionnement social de la personne en réciprocité avec son milieu dans le but de favoriser le développement optimal de l’être humain en interaction avec son environnement »
– Extrait du projet de loi 21

La thérapie conjugale et familiale

Les thérapeutes conjugaux et familiaux sont des experts des difficultés conjugales, familiales et relationnelles. Ils traitent la souffrance psychologique des personnes en lien avec leurs relations significatives.

DESCRIPTION DU TRAVAIL

  • Évaluer les dynamiques relationnelles d’une personne, d’un couple ou d’une famille

  • Concevoir une démarche en thérapie conjugale et familiale avec les personnes impliquées

  • Mettre en œuvre cette démarche en thérapie conjugale et familiale

  • Celle-ci se réalise dans le cadre d’une psychothérapie, soit en individuel, en couple ou en famille

PARCOURS ACADÉMIQUE

Les thérapeutes conjugaux et familiaux détiennent minimalement un diplôme de maîtrise. Leur formation spécialisée leur permet de saisir la complexité des liens affectifs et d’aider les personnes à améliorer leurs communications et la qualité de leurs relations de couple ou de famille.

CONDITIONS D’EXERCICE

Le titre de thérapeute conjugal et familial est réservé exclusivement aux détenteurs d’un permis de thérapeute conjugal et familial émis par l’OTSTCFQ. Pour exercer la thérapie conjugale et familiale, ils détiennent également un permis de psychothérapeute, la thérapie conjugale et familiale étant une forme de psychothérapie.

 

Le champ d’exercice des thérapeutes conjugaux et familiaux, selon la loi :
« Évaluer la dynamique des systèmes relationnels des couples et des familles, déterminer un plan de traitement et d’intervention ainsi que restaurer et améliorer les modes de communication dans le but de favoriser de meilleures relations conjugales et familiales chez l’être humain en interaction avec son environnement »
– Extrait du projet de loi 21

LES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES SUIVANTES SONT RÉSERVÉES AUX TRAVAILLEURS SOCIAUX

  • Procéder à l’évaluation psychosociale d’une personne dans le cadre des régimes de protection du majeur ou du mandat de protection (cette activité est réservée exclusivement aux travailleurs sociaux)

  • Évaluer une personne atteinte d’un trouble mental ou neuropsychologique attesté par un diagnostic ou par une évaluation effectuée par un professionnel habilité

  • Évaluer une personne dans le cadre d’une décision du Directeur de la protection de la jeunesse ou du tribunal en application de la Loi sur la protection de la jeunesse (chapitre P-34.1) (en partage avec les psychoéducateurs et les criminologues)

  • Évaluer un adolescent dans le cadre d’une décision du tribunal en application de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (Lois du Canada, 2002, chapitre 1) (en partage avec les psychologues, les psychoéducateurs, les sexologues et les criminologues)

  • Évaluer une personne en matière de garde d’enfants et de droits d’accès (en partage avec les thérapeutes conjugaux familiaux et les psychologues)

  • Évaluer une personne qui veut adopter un enfant (en partage avec les thérapeutes conjugaux familiaux et les psychologues)

  • Déterminer le plan d’intervention pour une personne atteinte d’un trouble mental ou présentant un risque suicidaire qui est hébergée dans une installation d’un établissement qui exploite un centre de réadaptation pour les jeunes en difficulté d’adaptation (en partage avec les psychoéducateurs)

  • Évaluer un enfant qui n’est pas encore admissible à l’éducation préscolaire et qui présente des indices de retard de développement dans le but de déterminer des services de réadaptation et d’adaptation répondant à ses besoins (en partage avec les psychologues, les psychoéducateurs, les ergothérapeutes, les infirmières, les médecins et les orthophonistes/audiologistes)

  • Décider de l’utilisation des mesures de contention dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S-4.2) et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris (chapitre S-5) (en partage avec les psychologues, les psychoéducateurs, les ergothérapeutes, les infirmières, les médecins, les orthophonistes/audiologistes et les criminologues)

  • Décider de l’utilisation des mesures d’isolement dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris (en partage avec les psychologues, les psychoéducateurs, les ergothérapeutes, les infirmières, les médecins et les criminologues)

Nos professionnels chez VÄXA

Amélie Bouthot

Travailleuse sociale